23 mars 2008

CHAPITRE 1 : Les éclats de la vengeance

CHAPITRE 1 : Les éclats de la vengeance.

Au-delà  des limites du village des survivants, le monde baigne dans les ténèbres, pourtant les Hommes sont obligés de s’aventurer en ces lieux sombre et angoissant afin de pouvoir chasser. Mais les animaux eux aussi ont changé, les poissons sont gigantesques et effrayant quand aux maniféres ils ne sont désormais plus qu’un souvenir si ce n’est quelques chevaux génétiquement modifié qui ont su survivre.
Ce jour là, malgré la morsure du froid, la silhouette d’une jeune femme à la longue chevelure rousse, recouverte d’une épaisse fourrure d’ours blanc, se dessine à travers les ténèbres de cette nuit éternelle. Ses yeux d’un vert émeraude semblent étinceler de milles et unes larmes, des larmes qui disparaissent déjà dans le champ de glace qui recouvre le sol. Ses mains transportent un corps, un corps maculé de sang, le corps de sa sœur, une enfant d’à peine treize ans qui n’aura pas eut la chance de survivre. Tout le long de son coup se dessine une affreuse morsure, une morsure qui lui a été fatale.
Leah, avait voulu prouver à sa grande sœur qu’elle aussi été capable de se montrer en utile en allant elle-même à la pèche. Mais cette entreprise lui a été fatale, dans les ténèbres, là où il n’y a ni jour ni nuit, d’étranges créatures sont apparus, sans nul doute suite aux nombreuses expériences génétiques réalisés sur les animaux. Celles-ci ressemblent à d’immenses tigres de neige à la rayure bleue, doté d’effroyables griffes, quand à leur dos il est parsemé de gigantesque corne blanche. Leurs yeux, semblables à ceux d’un serpent ne font que refléter la cruauté de leurs âmes. Ces créatures ne possède nul sentiment, si ce n’est celui de la haine, une haine terrible qu’ils vous à cette race qu’ils jugent indigne d’exister. Ces créatures ne possèdent pas seulement une force effroyable, non elles sont aussi dotées d’une intelligence souvent supérieure à celle de la race humaine. Malgré leur puissances elles s’acharnent à se refugier dans une incroyable forteresse de glace ; leur éternelle refuge.
Les humains quant à eux déplorent chaque jour qui s’écoule une nouvelle victime qui a eut le malheur de croisé le regard dénué de tout sentiment de l’une de ces effroyables créatures.
Ainsi aujourd’hui, Anika qui était partit à la recherche de sa sœur, vide déverse un torrent de larme sur ce corps perdue, sur ce corps qu’elle ne pourra plus jamais serré dans ses bras, sur ce corps qui sera bientôt engloutit par la terre, sur ce corps qui a été autrefois sa sœur, sa dernière famille, sa dernière attache, un être qu’elle a aimé plus que tout, un être pour qui elle aurait donner sa vie.   
Pourtant Anika ne sait que trop bien que pleurer ne lui ramènera pas sa sœur, que ses larmes n’ont malheureusement pas ce pouvoir, personne ne pourra la lui ramener, mais un jour elle sait qu’elle la retrouvera et ce jour plus rien ne pourra la séparer. Pourtant la jeune femme n’a aucune envie de se tuer, non ce serait bien trop facile, non tant que sa sœur ne sera pas venger, elle ne pourra jamais reposer en paix. Les flammes de la vengeance se mirent aussitôt à étinceler dans l'éclat des ses yeux verts.
Après tout si elle n'a plus rien à perdre, alors autant mettre sa vie aux services des derniers survivants, Anika n'est pas mauvaise au combat et si elle s'arme d'une bonne épée elle pourra peut être tué l'une de ces ignobles créature. La jeune femme sait pourtant que seule contre toutes elle ne survivra pas, mais peu importe l'espoir de venger sa petite sœur l'enveloppe d'une force nouvelle. Le combat à toujours été son unique don, dés sa naissance elle a apprit à chasser avec ses parents avant que ceux-ci ne soient tué par ces créatures infâmes, qui lui ont aujourd’hui à jamais arraché sa sœur.
Alors à présent, elle se battra en leur nom, ce n’est pas avec une simple épée qu’elle pourra exterminer cette race qui n’aura jamais dut exister, mais c’est malheureusement la seule arme qui existe encore.
Puis sans réfléchir un instant de plus, elle prit route vers leur repère.
Elle sera sans aucun doute tuée elle aussi, mais peu importe au moins elle pourra enfin retrouver sa petite sœur dans une autre existence, une existence peut être meilleure que celle-ci d'ailleurs.
Mais Anika n'est pas la seule à souffrir de la mort d'un être cher à son cœur. En effet cela fait maintenant un long mois qu’un jeune homme, aux yeux aussi bleu que le ciel et la chevelure semblable au blé, nommé Davailan veille sur sa sœur jumelle Eléa.  Il y a un mois, la jeune a été attaqué par l'une de ces créatures, par chance son frère  se trouvant dans les environs à réussît à la sauver, cependant la créature en question est malgré tout parvenue à griffer la jeune femme. Or les griffes de ces abominables créatures possèdent un terrible poison, un poison qui est souvent mortel. Eléa est désormais entre la vie et la mort, personne ne sait si elle finira par se réveiller un jour, certains n'y croient déjà plus.  Mais Davailan lui garde espoir, oui il a confiance en sa sœur et refuse de croire qu'elle puisse l'abandonner un jour. Non cela lui paraît impossible; depuis l'instant où ils ont ouvert les yeux ils ne se sont jamais séparés.
Et ce n'est sûrement pas maintenant que cela va arriver ne cesse de se répéter Davailan.
Quelques instants plus tard, Tallulah, une vieille femme ayant quelques connaissances en médecine vint ausculter le corps inerte de la jeune Eléa. Cette femme était ce que l'on pouvait appeler une "guérisseuse" car il n'existait désormais ni hôpitaux ni médecins. Ce qui avait ainsi obligé les derniers survivants à recourir aux anciennes traditions qui s'avéraient quelque fois efficace.
- Comment va-t-elle? S'empressa de lui demander Davailan d'une voix remplit d'un espoir nouveau.
- Mal, je le crains.... Lui révéla tristement la vieille femme. Le poison a paralysé tout son corps et empêche son sang de circuler. Si on ne lui injecte pas rapidement un remède elle risque de mourir.
Les traits de Davailan semblèrent alors se figé, seul ses yeux bleu reflétaient la peur qui le dévorait intérieurement, la peur de ne plus jamais voir sourire celle qu'il aime tant, la peur de ne plus jamais entendre le son cristallin de sa voix ou tout simplement la peur de ne plus pouvoir la serrer dans ses bras. Non il se refusait d'y croire, non elle était encore si jeune… Pourquoi fallait-il que la vie soit si injuste?
- Il n y a donc rien que je puisse faire pour la sauver? Demanda finalement le jeune homme dans un dernier espoir.
- Si, il y a bien quelque chose... Mais c'est très dangereux tu pourrais y perdre la vie toi aussi! Lui révéla la vieille femme d’un ton hésitant.
- Peu importe dites moi ce que c'est! Il n y a rien que je ne ferais pas pour sauver ma sœur!
- Et bien il existe un remède à ce poison, mais seule la Reine des créatures qui l'ont attaqué le possède.
Face à cette révélation le visage de Davailan sembla se décomposer;  ces créatures ne possèdent aucun sentiments, si ce n’est ce lui de la haine envers la race humaine, cette race qui ne cesse de dévorer, le sang humain n’a cessé de couler dans leur veine depuis qu’elles ont vu le jour. S’il se rend dans leur repère, il sera lui aussi tué et quand bien même  elles lui laisseraient la vie sauve, il ne parviendrait jamais à se faire comprendre. C’était peine perdue.
- On ne peut pas communiquer avec ces créatures et à moins de toutes les tuer je ne pourrais jamais mettre la main sur l'antidote. Conclut tristement le jeune homme.
Son dernier espoir venait de voler en éclat.
- Tu te trompes. Contesta la vieille femme. Leur Reine est bien plus développée et connaît parfaitement notre langage.
- Vous voulez dire que j'ai un espoir de pouvoir marchander avec elle? S’enquit le jeune homme.
- C'est possible, mais il ne faut pas oublier que celle-ci ne possède pas de cœur; elle est d'une cruauté sans pareil, tu as très peu de chance d'obtenir d'elle cet antidote mais ce n'est pas impossible non plus.
Un léger sourire illumina alors le visage éteint de Davailan.
- Dans ce cas je vais m'y rendre, si il y a le moindre petit espoir de pouvoir la sauver je ne le laisserai pas s'échapper.
Un rictus se forma alors sur le visage ridé de Tallulah
- Tu es un bon garçon mais soit très prudent surtout! Et taches d'éviter tous ces monstres assoiffés de sang, ne te montres qu'à la Reine!
- Ne vous inquiétez pas je ferais de mon mieux!
                                         ****
Mais alors que Davailan décida qu'il était temps de se rendre dans le repère des créatures, une jeune femme semblant effrayée se précipita vers lui. Sa longue chevelure brune voletait autour d’elle, dévoilant ainsi ses yeux noirs, ceux-ci semblait refléter l’inquiétude qui la rongeait.
-Yanéa? Que se passe-t-il? S’enquit Davailan.
- C'est Anika... Je... Je... crois qu'elle est partit dans leur repère pour venger sa petite sœur. Bafouilla difficilement la jeune femme qui semblait être à bout de souffle.
- Comment ça? Tu es sûre de toi? La questionna Davailan inquiet de ce qui pouvait arriver à Anika.
- Oui! Je l'ai vu partir dans leur direction, j'ai bien tenté de l'en dissuader mais elle n'a pas voulu m'écouter. Elle était armée d'une épée, elle compte sans aucun doute se battre... Mais elle risque de se faire tuer! Lui répondit Yanéa qui était complètement affolé par cette idée.
Le jeune homme laissa échapper un long soupire. Il ne connaissait que trop bien le caractère explosif d'Anika, celle-ci fonçait toujours tête baissé. Mais d'un autre coté il comprenait la folie qui lui avait prise, car lui aussi aurait réagit ainsi si Eléa avait été tuée. D'ailleurs il s'apprêtait à se rendre à son tour dans leur repère maudis.
- Ecoutes, je dois justement me rendre dans leur antre pour rencontrer leur Reine afin de lui demander un antidote pour Eléa, je tenterai de la retrouver en chemin.
Mais cette annonce ne fit qu'effrayer Yanéa davantage.
- Mais ils vont te tuer aussi! S'exclama-t-elle. S’effraya-t-elle
- C'est le seul moyen pour sauver Eléa puis je serais prudent.
Yanéa comprit alors qu'insister ne servirait à rien, elle ne pourra jamais l'en dissuader, il ne lui restait plus qu'à prier pour qu'il ne lui arrive rien.
La jeune femme enlaça alors énergiquement celui qu'elle considérait comme son meilleur ami.
- Soit prudent surtout, on pleure déjà trop de mort en ce moment.
Davailan afficha alors un faible sourire dans l'espoir de la rassurer.
- Ne t'inquiètes pas je compte bien revenir vivant et avec Anika! Il ne faut pas que tu t'en fasses pour nous d'accord?
Yanéa sourit alors à son tour
- J'ai confiance en toi.
Puis sur ces dernières paroles, Davailan prit route vers les ténèbres.



Posté par Prophecy_of_sun à 13:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur CHAPITRE 1 : Les éclats de la vengeance

Nouveau commentaire